Les principales gloses de la Bible du XIIe au XIVe siècle: note d'orientation

Version imprimable

Depuis le Haut Moyen Âge, le texte de la Bible a fait l'objet de plusieurs éditions glosées. Déjà au IXe siècle, des livres bibliques sont glosés (surtout le Psautier et le Cantique des cantiques, les épîtres de saint Paul), même si toute allusion à des "glosae" dans les catalogues anciens des bibliothèques ne renvoie pas nécessairement à la mise en page de la Glose biblique.

Seules sont mentionnées ici les versions les plus répandues qui ont influencé le plus largement la culture religieuse du Moyen-Âge  central et de la période moderne, mais il est bien entendu que l'histoire de la Glose biblique au Moyen Âge ne commence pas à Laon, ni quant au contenu, ni quant à la mise en page :

 

  • Glose de l'école de Laon (vers 1090-1130)
* titres anciens : Glosa, Glosa parva, Glosa Laonis
* titre moderne : Glose ordinaire

Il s'agit d'un travail anonyme, en partie mené par les maîtres de l'Ecole de Laon (Anselme, Raoul). Walafried Strabon n’est pas l’auteur de cette Glose de la Bible. Il n'en existe aucune édition critique intégrale. 
Voir cependant :

Texte intégral

  1. Biblia latina cum Glossa ordinaria, Adolph Rusch, 4 vol., editio princeps, Strasbourg, 1480/1481.
    Voir ici
    Ressources documentaires.
    [fac simile reprint, Brepols, 1992; édition de référence ; elle correspond à un état tardif de la Glose de Laon, fortement interpolé par la Glose de Pierre Lombard pour les livres des Psaumes et les épîtres de saint Paul (voir ci-dessous)]. 
  2.  Glossa ordinaria, PL 113, 67-1316 ; PL 114, 9-752.
    [Cette édition ne reflète pas l’état des manuscrits médiévaux. C’est une édition moderne interpolée par des ajouts d’origine non identifiée dont certains peuvent provenir d’exemplaires manuscrits isolés. Elle ne doit donc pas être utilisée habituellement pour l’identification des citations d’auteurs médiévaux.]
  •  Editions critiques partielles
  1. Cant. : Glossa ordinaria. Pars 22 : in canticum canticorum, edidit Mary Dove, Brepols, Turhout, 1997 (Corpus christianorum. Continuatio medievalis, 170).
  2. Lam. / Thren. : Andree (Alexander), Gilbertus Universalis: Glossa Ordinaria in Lamentationes Ieremie Prophete: Prothemata et Liber I: A Critical Edition with an Introduction and a Translation, Stockholm, 2005 (Studia latina stockholmia, 11).

Images :


  • Glose de Gilbert de Poitiers  sur les Psaumes et les épîtres de Paul (1130-1140)
* titres anciens : Glosa, Glosa media, Glosa Giliberti

* titre moderne : Glose de Gilbert de Poitiers ou de la Porrée


Il n'y a pas de trace de la diffusion manuscrite de ce texte avant 1140 et même 1150. 
Edition critique en préparation sous la direction de Karlfried Froelich
 
 
  • Glose de Pierre Lombard sur les Psaumes et les épîtres de saint Paul (1150-1160)

* titres anciens : Glosa Lombardi, Magna Glosatura, Magna Glosa, Glosa ordinaria [in psalmos]
* titre moderne : Glose de Pierre Lombard

 
Diffusée à partir de 1160. Nombreuses éditions anciennes. La meilleure reste celle qui fut publiée en 1541 à Paris par le franciscain Richard du Mans. On veillera à bien distinguer ses propres commentaires du texte de Pierre Lombard lui-même.

 

  1. In totum Psalterium commentarii […] per fratrem Richardum Cenomanum […], Parisiis, apud Poncetum Lepreux, sub Lupo, typis Joannis Lodoici Tiletani, 1541, in fol.
  2. In Psalmos davidicos commentarii, Patrologia latina, t. 191, 55-1296
    [reprise du n° 1, mais avec des erreurs.]
  3. Collectanea in omnes D. Pauli apostoli epistolas, Patrologia latina [Rom., 1 Cor., 2 Cor.], t. 191, 1297-1696 ; [2 Cor.-Hebr.], t. 192, 9-520.

 

  • Hugues de Saint-Cher, O.P., Postille in Bibliam (1232-1236 c.)
*titres anciens : Postille Hugonis prioris
*titre moderne : Postille d'Hugues de Saint-Cher

Cette Glose est attribuée par les plus anciens manuscrits à Hugues de Saint-Cher. Depuis quelques décennies, elle est aussi parfois appelée "Postille dominicaine", bien que ce titre devrait être réservé à la version abrégée et anonyme dérivée de la postille d'Hugues (ci-dessous).

Nombreuses éditions anciennes. Pas d'édition critique ; voir ici Ressources documentaires.

 
  • Postille dominicaine sur la Bible (1235-1240 c.)
* titre moderne : Postille dominicaine ; postille brève d'Hugues de Saint-Cher

Postille didactique composée pour une part d'une version abrégée de la postille d'Hugues de Saint-Cher, et pour une part de textes nouveaux ou antérieurs, abrégés.

  • Thomas d'Aquin, Expositio continua in quatuor evangelia (1264-1268).
* titre d'uage : Catena aurea

Ce commentaire continu des quatre évangiles est composé de fragments choisis des Pères latins et grecs disposés à la suite des lemmes bibliques qu'ils commentent. Thomas l'a conçu exactement selon le même concept que les gloses bibliques de la tradition scolaire héritée de l'école de Laon, mais avec l'intention de les renouveller de fond en comble et de les remplacer par l'apport de sources neuves et de fragments plus étendus, certains traduits en latin pour la première fois à cette occasion. Il a souvant  apporté des modifications syntaxiques aux fragments reproduits et les a parfois liés par de courtes phrases et quelques interventions personnelles signalées par le titre "glosa". L'oeuvre a été utilisée comme une mine de références patristiques par les théologiens comme par les prédicateurs. Elle a été copiée par centaines d'exemplaires et son succès a dépassé toutes les autres gloses de la période médiévale. Il se prolonge jusqu'à nos jours. 
 
Pas d'édition critique, mais beaucoup d'éditions manipulées ou interpolées. Edition scientifique en préparation par G. Conticello (CNRS -LEM) et Martin Morard (CNRS - LEM).
Utiliser de préférence le texte des éditions Marietti :

Thomas de Aquino, Catena aurea in quatuor Evangelia, Angelicus Guarienti éd., 2 vol., Turin-Rome, Marietti, 1953.

 

  • Nicolas de Gorran, O.P., Postille in Bibliam (1280 c.)
Plus diffusée au Moyen Âge que les postilles d'Hugues de Saint-Cher, parce que plus concises, mais plus difficiles à identifier parce que moins originales et très dépendantes des postilles d'Hugues et de la Postille dominicaine. Pas d'édition complète connue, mais de nombreuses éditions partielles et des erreurs d'attribution très fréquentes. A manipuler avec précaution.
 

Nombreuses éditions anciennes. Pas d'édition critique ; voir ici Ressources documentaires.

 
  • Nicolas de Lyre, O.F.M., Postille in Bibliam (1325-1330 c.)

 

* parfois qualifiée de "glosa ordinaria" aux XIVe et XVe siècles

Nombreuses éditions anciennes. Pas d'édition critique.

ShareThis
Français

étiquettes menu: